L’orchestre féminin et Vivaldi

Parpatrick marmande

L’orchestre féminin et Vivaldi

Vivaldi dirige un orchestre féminin

En 1703, Vivaldi devient maître de violon de Pio Ospedale della Pietà (hospice, orphelinat et conservatoire de musique de haut niveau), institution religieuse financée par la « Sérénissime République ». Cet établissement était destiné à recueillir les enfants abandonnés, les orphelins, les enfants naturels. Il existait 4 établissements de ce type à Venise.

La « Pietà » ne recevait que des jeunes filles. Elles menaient une vie de religieuse. Certaines recevaient une éducation musicale très poussée. Elles jouaient de tous les instruments. Les meilleures d’entre elles (les privilegiate di coro) pouvaient être demandées en mariage. Cet orchestre féminin se produisaient en concerts publics et payants à l’extérieur du couvent.

orchestre féminin

Dans ce tableau de F. Guardi, on peut voir l’orchestre féminin des « pensionnaires » donner un concert ; les musiciennes sont à gauche dans les tribunes.

Dans sa lettre du 29 août 1739 adressée à M. de Blancey, Charles de Brosses écrivit

« La musique transcendante ici est celle des hôpitaux. Il y en a quatre, tous composés de filles bâtardes ou orphelines, et de celles que leurs parents ne sont pas en état d’élever. Elles sont élevées aux dépens de l’État, et on les exerce uniquement à exceller dans la musique. Aussi chantent-elles comme des anges, et jouent du violon, de la flûte, de l’orgue, du hautbois, du violoncelle, du basson ; bref, il n’y a si gros instrument qui puisse leur faire peur. Elles sont cloîtrées en façon de religieuses. Ce sont elles seules qui exécutent, et chaque concert est composé d’une quarantaine de filles. Je vous jure qu’il n’y a rien de si plaisant que de voir une jeune et jolie religieuse, en habit blanc, avec un bouquet de grenades sur l’oreille, conduire l’orchestre et battre la mesure avec toute la grâce et la précision imaginables. Leurs voix sont adorables pour la tournure et la légèreté ; car on ne sait ici ce que c’est que rondeur et sons filés à la française. (…) Celui des quatre hôpitaux où je vais le plus souvent et où je m’amuse le mieux, c’est l’hôpital de la Piété ; c’est aussi le premier pour la perfection des symphonies. »

Jean-Jacques Rousseau apporte également son témoignage sur la qualité de ces orchestres féminins qu’il a apprécié durant son séjour à Venise de 1743 à 1744.

Vivaldi a pu ainsi disposer à volonté de ces musiciennes chevronnées, et tester ses premières compositions dans différentes orchestrations.

À propos de l’auteur

patrick marmande administrator

Laisser un commentaire